vendome-12

Sage

A Paris, il y a une constante. Le matin le soleil brille à travers les fenêtres et c’est le moment pour faire des photos. Vite, je m’habille ! D’humeur défiante…

danslaforet-1

Promenons-nous dans les bois!

Quelle volupté de se retrouver autour d’une théière fumante, diffusant une caressante odeur de violette! Fut un temps, je faisais des afters interminables… Oui, parce qu’avant de me coucher, je donnais rendez-vous à mes copines pour ce moment prodigieux.

couvbatignolles-1

My Red Shoes

A écouter: Kate Bush – The Red Shoes Robe: Zara – Les souliers: Repetto – Sac: New Look Les photographies sont de Valentin Touati…

perelachaise-1

Happy Halloween

Halloween est une fête tout bonnement récréative. S’empiffrer de gâterie. Visionner des films d’horreur. Boire des litres de chocolat chaud sans se culpabiliser.

repetto-2

Aux échelles des bas nylon.

Êtes-vous prêt pour un voyage vers la féminité ?! Alors venez faire un tour dans l’univers des bas !

A l’âge de 11 ans, lorsque je me plongeais dans le roman L’écume des jours, je fus fascinée par le passage où Colin marche derrière deux jeunes filles qui se rendent à la même soirée.

couv-1

Blue On Blue

Le parisien snobe les passages couverts. C’est fort dommage, que d’histoires à se raconter grâce à eux! Aujourd’hui me voici au passage Choiseul. Il a connu l’innocence des premiers jeux du petit Louis Ferdinand Céline. Sa mère était commerçante au numéro 67.

filmnoir-1

Monochrome

Gangsters, Femmes fatales, bourbons 20 ans d’âge (hum)… Le film noir est un genre si cher à mon cœur. A six ans, je voulais déjà faire tinter les glaçons dans mon whisky.

Balzac-2

Le strip-tease de L’automne.

On le distingue à sa carnation, à son effluve : L’automne a regagné Paris. Il a réapparut avec les dames de couleur biscuit, toutes affichant un léger hâle après le dénouement de leurs vacances

monceau-2

Autant en emporte le vent

Il est 16h. Monceau m’appelle, ainsi que les quatre vents, ceux des points cardinaux. Ils chantent. Leurs souffles frôlent mes jambes. Ils s’amusent à me décoiffer, les farceurs!